La méthode « CRITERIUM » c’est un miroir. Et dans ce miroir vous verrez soudain ce que vous avez à offrir sur le marché du travail.
Parler ; Ne fût-ce que parler. Et à quelqu’un qui sait de quoi vous parlez. C’est fou ce que c’est bon.
Si un matin, devant la glace, vous vous demandez: Mais où vas-tu? et ne pouvez plus répondre, venez donc me voir. Je vous aiderai à retrouver votre route.
Quand on est perdu, il faut demander son chemin. Oui, mais à qui ? Mais à Pascal de Roubaix par exemple, il connaît bien le quartier ;-)

Définition

Toute personne qui éprouve le besoin de faire le point dans son évolution personnelle, de (re)situer sa place, le sens de son activité, son rôle et ses aspirations, a besoin pour ce faire d’un interlocuteur expérimenté. Nous dirons un “interlocuteur-conseil”.

 

Le rôle de cet interlocuteur est modeste mais indispensable.

Il n’a aucun savoir particulier à transmettre.

Il n’essaye pas d’expliquer aux gens ce qui est bon pour eux.

Il est là, tout simplement, pour les entendre. Il agit comme un révélateur dans une expérience de chimie. Pour leur permettre de (re)définir eux-mêmes ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent, puis, en conséquence, les mener à (re)formuler leur projet global, leur projet de vie.

Enfin il donnera éventuellement, au chemin qu’ils devront prendre, l’éclairage de son expérience.

Dès qu’une personne se trouve dans une difficulté de cet ordre, l’interlocuteur s’avère pratiquement indispensable car il n’y a bien souvent rien de plus trompeur que, en restant seul, se convaincre soi-même.

Certains ont la chance de ne pas en avoir besoin et avancent dans la vie spontanément sans se tromper. Ils ont une vocation claire, un projet clair, ils ont de la chance.

D’autres peuvent trouver de l’aide chez un proche, mais avec le risque que des interférences affectives brouillent les cartes ou que manque chez lui, l’expérience professionnelle suffisante pour que ses réactions et avis soient tout à fait appropriés.

Beaucoup s’adresseront à des professionnels. Mais des professionnels qui s’occupent de recrutement ou d’outplacement et qui sont payés pour ça par des entreprises. C’est très bien et très bon, mais ici c’est le plus souvent une démarche trop rapide. Comment, en effet décider sereinement du choix de son travail avant d’avoir fait le point sur soi-même ? Et comment faire le point sur soi-même sans piper les dés, si l’on a d’emblée la tête toute occupée par la question du travail et de son futur poste ?

L’interlocuteur-conseil est indépendant de toute forme de client autre que celui qui fait appel à ses services. Il agit bien en amont des questions de travail ou d’emploi et c’est ce qu’il faut.

Afin de permettre à son client de faire le point, il doit d’abord l’aider à « poser son bagages » à se décharger momentanément ou au moins à cantonner dans leur sphère les soucis ponctuels de la vie de tous les jours, y compris ceux qui touchent à son travail du moment.

Par ailleurs il est bon pour être motivé dans semblable démarche qui demande assez bien d’autodiscipline, de devoir la financer soi-même. N’est pris au sérieux que ce qui demande un effort, y compris financier.

July 11th, 2013 | admin